Contest

LES YEUX DANS LES BLEUS

VANS SHOP RIOT MADRID

Le weekend dernier, Vans m’a envoyé supporter le team Wall-Street à la grande finale du Shop Riot à Madrid. Ça tombait bien, figurez-vous que c’est justement mon club de coeur, ceux qui me font vibrer depuis toujours. J’étais donc content comme tout de pouvoir les suivre dans les vestiaires, sous la douche, de vivre ces instants de bonheur complice et de sport avec Steeve Ramy, Adrien Coillard et Michaël Germond. Qu’est-ce qu’il est gaulé Germond d’ailleurs ! C’est dingue tous ces p’tits muscles qui s’activent de partout sur son corps. Ça a l’air drôlement utile. C’est bien simple, il n’a pas arrêté de tout le weekend. Et que je te remonte le double set de marches en ollie du premier coup, et que je te remonte le rail en boardslide ou que j’saute par dessus tout le ledge de face… Le problème, c’est que tout ça avait l’air presque trop simple pour lui, je ne sais pas si tout le monde se rendait bien compte de la difficulté de la chose… L’autre problème, c’est que Steeve est rentré rond comme une queue de pelle à 8h30 du matin dès le premier jour (Josimard rpzt) et que Adrien Coillard, tout balèze qu’il est (très très balèze), n’est pas vraiment une arme de destruction massive en contest… Tout reposait donc sur les épaules musclée du pauvre Germond qui s’est donné un mal fou, à base de tirettes dans tous les sens (tirette fs lipslide, tirette bluntslide, tirette crook… sur le même spot que la séquence de Harry Lintell un peu plus bas) et autres manoeuvres originales dont seul lui a le secret. Vous l’aurez compris, Wall-St n’a pas gagné le championnat, mais ils se sont bien marrés, ils m’ont bien fait marrer, ils ont fait rêver les ménagères, et c’est tout ce qui compte.

Michaël Germond - Fastplant - WALL STREET skateshop Lyon (c)Loïc Benoit
Michaël Germond – Fastplant (il a aussi fait wallie là-dessus…) – WALL STREET skateshop Lyon (c)Loïc Benoit

———

Bon, sinon, ce qui était assez génial dans ce contest c’était qu’au delà des vedettes comme Harry Lintell (Black Sheep, UK) qui était vraiment incroyable, Sven Kilchenmann aussi (242 skateshop en Suisse), il y avait aussi et surtout une tonne de gars plus ou moins inconnus qui étaient vraiment ultra balèzes. Je pense surtout à ce gars de “Coyote Grind Lounge” en Suède, Simon Hallberg. Incroyab’ le mec. Bien sûr, je n’ai pas de photos à vous montrer, ce serait bien trop simple, mais imaginez : voyez le rail “montée descente” de la séquence d’Harry Lintell un peu plus bas (deuxième fois qu’on en parle) et bien le Simon de Suède il le remontait en bs 50-50 faisait slob fastplant en haut et retombait en boardslide sur la descente… C’était dingue à voir. Farid Ulrich from Titus en Germanie était vraiment bon aussi (la séquence en dessous). C’est une raison pour laquelle Titus a gagné d’ailleurs. Sur les deux autres raisons, Yannick Schall et Jost Arens, arrêtons nous un instant sur le cas de Yannick Schall. Il n’était pas vraiment sensé skater, il était là en tant que “team manager”, mais il a dû remplacer Patrick Rogalski qui s’est blessé le premier jour et ça les a pas mal aidé au final. D’une part parce qu’il est vraiment super bon et de deux parce qu’il nous a bien fait marrer. Il était tellement à donf, à s’auto-congratuler à la Salabanzi qu’il a rajouté encore un peu de joie et de bonne humeur dans ce weekend déjà hautement drôlistique (non, ce mot n’existe pas). Il a quand même fini par déchirer son tshirt pour le faire tourner au dessus de sa tête avant de le lancer dans la foule. C’était beau. Petit aperçu vidéo de la performance Allemande chez nos collègues de SOLO. Il y avait aussi un Tchèque, Richard Tury, qui aurait mérité d’être Allemand tellement qu’il skatait tech et bien (voir sa séquence plus bas), et puis j’en oublie forcément. Les belges étaient bon aussi, y’avait même une équipe d’Israël qui faisait plaisir, des Grecs, des Italiens, des Russes… Tous super bons, mais de toute façon, vous savez comment ça se passe, c’est toujours l’Allemagne qui gagne à la fin.
Allez, vive Wall Street, vive la France et à l’an prochain pour une nouvelle guerre des shops toujours plus sanglante.

Farid Ulrich - Switch Heelflip - Titus skateshop (Allemagne) - (c)LB
Farid Ulrich – Switch Heelflip – Titus skateshop (Allemagne) – (c)LB

Jost Arens - Bigspin fs bluntslide (Titus) - (c)LB
Jost Arens – Bigspin fs bluntslide (Titus) – (c)LB

Richard Tury (Street Market) - Nollie varial flip boardslide (c)LB
Richard Tury (Street Market) – Nollie varial flip boardslide (c)LB

Harry Lintell - Tirette bs smith grind - Black Sheep (UK) - (c)LB
Harry Lintell – Tirette bs smith grind – Black Sheep (UK) – (c)LB