Interview

À PROPOS DE LA VIDÉO VANS

GREG HUNT – PROPELLER’S HEAD

Greg Hunt vient de commettre une excellentissime vidéo avec des mecs qui skatent tous avec des Vans aux pieds. On l’a croisé à la Première à Paris, et on a pensé que vous aimeriez savoir ce qu’il a à dire de cette Propeller qui sort aujourd’hui sur iTunes (11,99€ en HD et 9,99€ en SD).

Tu as bossé pendant combien de temps sur cette vidéo ?
Techniquement, j’ai commencé il y a cinq ans, mais la première année ne compte pas vraiment, j’étais occupé à faire d’autres choses et beaucoup des riders étaient occupés par d’autres projets vidéo… Ce sont surtout sur les trois, quatre dernières années que j’ai travaillé à temps plein sur cette vidéo.

Garder des tricks de côté pendant cinq ans, c’est un peu long non ?
Oui, surtout de nos jours.

Est-ce que tu es pleinement satisfait de la vidéo, ou tu as quelques regrets, des choses que tu aurais aimé faire différemment ?
Je n’ai pas de regrets, mais je ne suis jamais totalement satisfait d’aucune des vidéos que j’ai faites. On n’a jamais assez de temps.

Là tu avais cinq ans…
Pas pour le montage. Le truc c’est que tu ne peux pas monter la vidéo sur une période de cinq ans. Il se passe trop de choses en cinq ans, il y a de nouveaux team-riders, d’autres qui se font virer et puis il y a les droits musicaux. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’avec les droits musicaux, en général, tu as six mois pour utiliser la musique à partir du moment ou tu as obtenu l’accord. Donc ça ne sert à rien de commencer le montage trop en avance. Je ne commence jamais à monter plus de six mois avant la sortie de la vidéo. Pour celle-ci, il m’a fallu quatre mois. Il y a beaucoup de choses que je voulais faire et que je n’ai pas eu le temps de faire, mais je suis quand même content. Les gens semblent apprécier le fait que ce soit simple, qu’il n’y ait que du skate. La raison pour laquelle le montage est aussi simple c’est que je n’ai simplement pas eu le temps de bosser sur un plan plus créatif, mais je crois que les gens aiment ça, que la vidéo soit juste une vidéo de skate.

Est-ce que les riders ont eu la possibilité de s’impliquer dans le montage de leur part ?
Tous les riders qui le voulaient ont pu le faire. Certains sont venu dérusher avec moi, ils ont pu sélectionner les tricks qu’ils voulaient garder, ceux qu’ils ne voulaient pas voir dans leur part. Pour certains, il a fallu faire deux ou trois versions avant que la part leur plaise, il y avait toujours quelque chose à changer. Pour d’autres le premier montage était le bon. Curren Caples n’a même pas vu sa part avant la Première. Pedro Barros et Elijah Berle non plus. Pedro parce qu’il est au Brésil. Elijah, je n’arrêtais pas de lui dire de passer voir sa part, mais il n’est jamais venu.
Mais d’autres étaient vraiment impliqués, comme Gilbert Crockett. Il est extrêmement pointilleux. Il fait attention à tous les plus petits détails, ses pompes, sa board… Certains angles ne lui plaisaient pas. Pour Pfanner, quand il a vu son premier montage, il était à fond : « j’y crois pas, je suis tellement content, si ça ressemble à ça dans la vidéo, c’est parfait. Fait ce que tu veux avec ça… ». Chaque cas était un cas particulier.

Je me souviens avoir entendu dire l’an dernier que Pfanner stressait sur sa part, qu’il pensait que certains de ses tricks préférés n’allaient pas y être.
Il y a eu plein de rumeurs bizarres autour de cette vidéo. J’entendais dire que certains gros tricks ne seraient pas dans la vidéo parce que je n’en voulais pas… Mais ce ne sont que des rumeurs, c’est stupide, pourquoi est-ce que je ferais un truc pareil ? Mon boulot est de faire que ces gars aient la meilleure part possible. Je ne vois pas pourquoi j’irais mettre de côté certains gros tricks.
Tous ceux qui avaient assez d’images pour une full part ont eu une full part. C’est aussi simple que ça. Je ne suis pas team manager, je n’essaye pas de rentrer dans les histoires de stratégie d’entreprise. Si tu as assez de bon footage pour une part, tu as une part. C’est tout.
Pour Pedro, je ne savais pas s’il allait avoir une full part, ou un part partagée ou juste quelques tricks, parce que je n’ai pas passé beaucoup de temps avec lui. Mais dans le temps que j’ai passé avec lui il a fait des trucs incroyables et on a filmé tellement de bons trucs que je ne pouvais pas ne pas lui faire une part complète.

Il semblerait donc que tu as toutes les raisons d’être pleinement satisfait, non ?
Ah ah, oui, on peut dire que je suis satisfait, dans la mesure ou les riders sont contents, j’estime que j’ai fait mon boulot correctement. Si tout le monde dit que c’est la meilleure vidéo jamais faite et blah blah blah, mais que les riders ne sont pas contents de ce qu’ils ont dans la vidéo alors j’aurais le sentiment d’avoir échoué. Mais tous les gars du team, de Hosoi à Gilbert m’ont dit qu’ils avaient vraiment aimé la vidéo et pour moi c’est le plus important. Même si le public détestait la vidéo, tant que ces gars-là me disent qu’ils sont contents et fiers d’être dans la vidéo, alors je suis content. Les riders sont la raison pour laquelle je fais ces vidéos, et dans le cas de celle-ci, ils m’ont tous dit qu’ils aimaient la vidéo, donc je suis satisfait.

Et tu as un trick dans la vidéo ?
Non ! Jamais. Je ne ferais jamais une chose pareille, ha ha !

Greg Hunt, se cachant dans les escaliers obscures et sombres des méandres du Palais de Tokyo, à Paris. (c) Loïc Benoit
Greg Hunt, se cachant dans les escaliers obscures et sombres des méandres du Palais de Tokyo, à Paris. (c) Loïc Benoit